• -MIRO RICOLF.                                                                                                                                                                                                                                                L'histoire de Miró Ricolf n'est pas très connue, mais il est considéré comme une figure importante dans la région de Berguedà et le comté de Cerdanya au 11ème siècle. 

    Ricolf et son frère Miró, Bernard, sont considérés comme les initiateurs des Pinos de la dynastie quand il promis fidélité au comte de Cerdanya, Ramon I de Cerdagne entre 1063 et 1069. Dans cette allégeance est spécifié si votre maître Il mourut, ils continueraient sous le pouvoir de son fils à devenir comte de Berga.

    Miró Ricolf est souvent associée à Ricard Altemir, qui a participé à la conquête et jure allégeance au comte de Cerdanya d'abord, puis le comte de Barcelone et même mutuellement garants les uns des autres lorsqu'ils apportèrent défense et la construction du château de Tàrrega, mais on ne sait pas quelle relation exacte ils avaient. De plus, les deux avaient un fils qui dit Galceran (bien que le fils Miro Miro Ricolf appelé Galceran et Ricard en 1106 appelé Galceran de Pinos). 

    Parmi les faits documentés sur Miró Ricolf, ils se distinguent:

    1050 l'accord entre témoin le comte de Urgell, Ermengol IV et le comte Raymond de la Sardaigne à Ix où le premier ne jurent que de respecter les domaines du comté de Cerdanya. 
    Avec Bernat, il fut membre de la cour du comte de Cerdagne lors d'un procès en 1047 à Cornellà de Conflent.
    Signer comme un témoignage du Nou de Berguedà lorsque le Seigneur de la Portella a changé son épée d'or pour deux maisons avec le Comte Ramon de Cerdanya

    En 1063 Juillet lui et son frère juré fidélité aux comtes de Barcelone Ramon Berenguer I et sa femme Almodis, qui a donné la lecture et le château Balsareny. [1] [5]
    En 1069, le comte de Barcelone a commandé Ricolf château Tarrega Miró pour protéger la ville en 1082 et lui a donné un château en pleine propriété « Monte Albo », qui dépendait ci-dessus. 

     

    -GALCERAN DE PINOS.                                                                                              Galceran II de Pinós était un seigneur, seigneur de Pinós, Vallmanya, Espà, Gósol, Saldes et Querforadat, pour lequel il a prêté serment de fidélité au Comte Ramon Berenguer III de Barcelone et de Cerdanya (1117-1131), domaines auxquels il a ajouté, par la concession de Ramon Berenguer IV (1134), les châteaux de Sant Martí de Tous, Queralt et Miralles, qui, cependant, ne sont pas restés dans les domaines de la famille.

    Il était le fils de Galceran I de Pinós et Adelaida. Il a épousé Estefania et a eu deux enfants: Galceran III de Pinós et Pere de Pinós.

     

     

    La Baronnie de Pinós était une juridiction majestueuse qui appartenait à la lignée des Pins depuis le XIe siècle. La baronnie de Pinós était située dans le comté de Cerdanya, plus précisément dans le Pagus de Berga. [1]

    Le territoire était limité au nord par la Sierra del Cadí, au sud par le ruisseau Malanyeu. Les limites de l'est avec la baronnie Mataplana Gavarrós et à l'ouest de la Serra Verde et Pedraforca y compris les termes Gósol Saldes Feners et l'espace. Au-delà de ces limites de base lords Pines est également propriétaire Banat et Vilanova de Banat (ou Calbell Banat) et Querforadat Ansovell, les termes situés au nord de la Sierra del Cadi, ainsi que les villes de pin et Vallmanya dans le 'Alta Segarra.

    Au centre de la baronnie met en évidence le noyau Baga, qui était la capitale, la graisse, Gisclareny Vilella et Broca.

    Castle Pines, qui est déjà documenté en 995, était situé dans la plage de la marque (ou frontière) qui avait le pagus de Berga (Cerdagne), dans la région de Alta Segarra. [1]

    Dans la légende de la Nouvelle Otger Cataló et Barons de la renommée l'un était le fondateur présumé de la dynastie Pines: Galceran de Pinos, bien que cela ne soit pas acceptée par la discipline de l'histoire et cela a montré légendaire. [1]

    Le premier Pinós enregistré est Miró Ricolf de Pinós, père de Galceran I de Pinós (1068-1117).

    Les barons ont construit le château de Bagà, déjà au 13ème siècle, et en 1233 ont fondé la ville de Bagà.  Galceran de Pinós et son épouse Esclarmonda ont accordé une lettre franche qui a favorisé le règlement de la ville.

    Étaient aussi barons de Pinós et Pere Galceran de Pinos qui ont participé à la guerre en Sardaigne en 1354  vénitiennes génoise mort de la peste, pendant le siège d'Alghero et Pierre II Galceran de Pinos, qui a organisé la défense des Panissars du cou dans la guerre de Jaime IV de Majorque. 

    De Los Pinos, la baronnie passa aux comtes de Lerín et Álvarez de Toledo, ducs d'Alba de Tormes.

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Gérard ou Guebhard,comte de Thann,doit avoir bâti au début du quatrième siècle le château de Walbourg en Souabe .On prétend qu' Ega,maire du palais de Neustrie sous Dagobert I,au début du septième siècle,fût un de ses descendants .Ce qui est certain,c'est qu'Archambaud,fils d'Ega ,et son successeur dans la mairie de Neustrie ,est nommé dans les diplômes Archambaud de Waldbourg ,cousin de Dagobert par son père et sa mère .Cet Archambaud,réunit les trois mairies de Neustrie,de Bourgogne et d'Austrasie .Dans une charte de 665 ,il est qualifié de Proefectus urbis regiae,il prend le tître de Comte de Paris dans un diplôme de 666,par lequel il donna à la ville de Paris,sa maison,qui est devenue l'Hôtel-Dieu,sa chappele qui a été l'église de St Christophe,et sa terre de Corbeil .

    De sa première femme,il eût un fils nommé Leudesille,qui fût maire de Neustrie et père d'Etichon,duc d'Alsace,la souche des maisons de HABSBOURG,de Bade et de Lorraine.  https://fr.wikipedia.org/wiki/Etichon-Adalric_d%27Alsace

    Liens familiaux entre Les Pinos-Thann-Waldbourg  et les HABSBOURG

    Blason HABSBOURG

    Babo ,fils de son second mariage habita le château de Waldbourg et de Winterstetten vers 630.On le regarde comme la souche commune des maisons d'Althann et de Waldbourg.Les comtes de Waldbourg portent aussi le nom de Truchsess,qui désigne proprement une dignité dont ils ont été revêtus .

    C'est celle de sénéchal ou de Dapifer ,à laquelle était attachée la qualité de magistrat ou juge de tout ce qui tenait à la cour.Charles Quint les autorisa en 1525 à se nommer grands-maîtres héréditaires de l'Empire .

    Il est naturel de trouver des seigneurs de cette maison dans tous les actes héroîques ,

    aussi lit on leur nom parmi  les neufs chevaliers Allemands ,qui,dans le neuvième siècle voulurent délivrer la Catalogne du joug des Arabes,dont elle était menacée .

    Un Truchess se fixa dans cette province ,et y bâti le château de la Roca di St James ainsi que le village de Baga,qui dans ses armes ,porte une pomme de pin,,armes des maisons d'Althann dont le nom signifie vieux pin ,et de Waldbourg,et de la ville d'Aubourg.

    Les Truchsess établis en Catalogne portaient le nom de PINOS DAPIFER DE MONTCADA, et étaient revêtus de la charge de sénéchal du royaume d'Aragon

    .Jean,comte de Waldbourg,fils du comte Eberard er d'Agnés eut quatre femmes;

    -Elisabeth C.de HABSBOURG

    -Catherine C de CILLI,cousine germaine de l'impératrice ,femme de Sigismond 

    -Madeleine C de Montfort 

    -Ursule d'Abensberg et de Tran

    Il est la tige de tous les Waldbourg,ou Reichs-ErbTruchess ,grands maîtres héritiers de l'empire .

    Ses fils Jacques et George fondèrent deux lignées ,celle de Jacques se subdivisa sous ses petits fils Guillaume et Frédéric .La branche de Guillaume s'est éteinte .

    Frédéric entra au service du grand-maître de l'ordre des chevaliers Teutoniques ,et se fixa en Prusse ,où ses descendants éxistent encore sous le nom de TruchessWaldbourg.

     

     


    votre commentaire
  • Pour ceux qui ont suivi mes publications ,j'ai parlé plusieurs fois de la lignée des Pinos Thann Waldburg qui s'est implantée dans le Languedoc ,à Muret ,à Montbrun dans le Gers ,en Guyenne ,dans les Alpes ,et dans d'autres endroits .

    Toutes les grandes familles nobles d'origine Germaniques  se sont retrouvées étroitement impliquées dans le Catharisme ;

    -Les Pinos Than Waldburg ,Pins 

    -Les Montcade

    -Les Taillefer,seigneurs de Besalu 

    -Les Niort du plâteau de Sault

    -Les Aniorts et les Laurac dans le Lauragais et le Razès 

    -Les grandes familles du Comminges ,seigneurs de Tersac et de Lissac

    -Les comtes de Foix,Béarn 

    -Les familles de Foix Rabat

    -Les familles de Mirepoix,Péreille ,Hunaud de Lanta 

     

    Quelques uns des premiers "Saints" à l'époque où la conversion au Christianisme se faisait le plus souvent pour des raisons de politique ou de pacification des peuples,sont issus de ces anciennes familles ,ainsi que les premiers êvêques du Comminges ,qui en descendant de la Catalogne ont crée le chemin de Compostelle et on transmis le culte discret de la vierge noire .

    -Saint Gaudéric;

    De la transmission Wisigoth- Cathare-Templière -Hospitalière  1 ère partie

    Saint Gaudéric serait né à la fin du 9ème siècle et canonisé en 990.

    La légende raconte que c'était un laboureur ,mais l'origine de son nom vient du Germanique Galdéric ; Gald=gouverner et Ric= roi .

    Il aurait fait des miracles en faisant tomber la pluie et en opérant des guérisons miraculeuses.

    Au XIème siècle,Guifred le Velu,comte de Cerdagne et de Conflent fait transférer ses reliques en Catalogne et fait construire le monastère St Martin du Canigou pour les accueillir ,par la suite,une partie de ses reliques ira à Fanjeaux et Mirepoix.

    La légende raconte aussi que St Gaudéric est né dans un village du nom de Viéville ,le village actuel fut fondé à l'endroit où il planta son aiguillon et à cet endroit là poussa un ormeau dont l'écorce opérait des miracles .On dit qu'il a été coupé plusieurs fois,mais que chaque fois des rameaux repoussaient ,il a été coupé définitivement par un ancien maire ,et de fait ,tous les ormeaux de la région seraient en train de mourir.

    Judicieusement ou pas,un chêne a été planté à sa place et dans la symbolique Celte ,le chêne est très important .

    L'ormeau ,au delà de l'arbre renvoie à la lignée et à l'initiation,l'histoire de la rupture de L'ordre de NôtreDame de Sion suite a la coupure de l'ormeau .

    On trouve une place de l'Ormeau à Pieusse dans l'Aude ,où en 1226,  un important concile Cathare crée le diocèse du Razès .

    On trouve également une place de l'ormeau dans le village Ariégeois de Vals en Ariège Le pays d'Olmes qui englobe Montségur et ses environs signifie le pays de l'ormeau.

    L'aiguillon du bouvier est également mentionné dans le "Chant du Bouvier" ,chanson attribuée aux Cathares et qui serait codée :

    Occitan (normalisé)Français

    Quand lo boièr ven de laurar (bis)
    Planta son agulhada
    A, e, i, ò, u !
    Planta son agulhada.

    Trapa (Tròba) sa femna al pè del fuòc (bis)
    Trista e (Tota) desconsolada...

    Se sias (Se n'es) malauta digas-o (bis)
    Te farai un potatge (una alhada).

    Amb una raba, amb un caulet (bis)
    Una lauseta magra.

    Quand serai mòrta enterratz-me (rebomb-me) (bis)
    Al pus fons (Al prigond) de la cròta (cava)

    Los pés virats (Met-me los pès) a la paret (bis)
    La tèsta a la rajada (Lo cap jos la canela)

    Los pelegrins (E los romius) que passaràn (bis)
    Prendràn d'aiga senhada.

    E diràn « Qual es mòrt aicí ? » (bis)
    Aquò es la paura Joana.

    Se n'es anada al paradís (bis)
    Al cèl ambe sas cabras.

    Quand le bouvier revient de labourer (bis)
    Il plante le soc de sa charrue (l'aiguille) / ou son aiguillon
    A, e, i, o, ou !
    Il plante le soc de sa charrue.

    Il trouve sa femme auprès du feu (bis)
    Triste et affligée...

    Si tu es malade dis-le moi (bis)
    Je te ferai un potage.

    Avec une rave, avec un chou (bis)
    Une tranche de lard ( 'lauseta' veut également dire 'alouette' ) maigre.

    Quand je serai morte enterrez-moi (bis)
    Au plus profond de la cave

    Les pieds tournés vers le mur (bis)
    La tête sous le robinet

    Quand les pèlerins passeront (bis)
    Ils prendront de l'eau bénite.

    Et diront « Qui est mort ici ? » (bis)
    C'est la pauvre Jeanne.

    Elle est allée au paradis (bis)
    Au ciel avec ses chèvres.

    Dans cette chanson ,on retrouve le fameux AEIOU ,qui correspond au cinq voyelles ,au cinq notes de musique du moyen âge ,mais aussi à un alphabet Celtique secret très ancien.

    De la transmission Wisigoth- Cathare-Templière -Hospitalière  1 ère partie

    (cliquez pour voir l'image)

    La légende raconte aussi qu'à sa mort,St Gaudéric fut ramené à Mirepoix  par un charriot tiré par des boeufs.

    Les druides Celtes voyaient dans la Grande Ourse le char des 
    âmes transportées dans l'au delà.Le bouvier guidait de son aiguillon les boeufs du char ,.Bouvier dont l'aiguillon se termine par une étoile brillante ;Arcturus,la perle.

    Le chariot évoque également la fondation de Rhedae qui voudrait dire charriot .

     

     

    La grande Ourse renvoie aussi à Artus qui serait le nom celte du roi Arthur ,et à la prophétie du gisant du Duc de Berry sur lequel il y a un ours et qui annonce le retour des temps Mérovingiens.

    Au solstice d'été ,le château de Montségur est aligné avec la constellation du Bouvier qui est juste au dessus, et un village pas très loin,s'appelle "L'aiguillon"

    Ce qui n'est pas sans rappeler le fameux trésor des Cathares de Montségur  et le Graal .

    De la transmission Wisigoth- Cathare-Templière -Hospitalière  1 ère partie

    N inversé sur la croix devant l'église de St Gaudéric 

    De la transmission Wisigoth- Cathare-Templière -Hospitalière  1 ère partie

     

    N inversé sur la croix devant l'église de St Gaudéric

    De la transmission Wisigoth- Cathare-Templière -Hospitalière  1 ère partie

    gravure sur la croix devant l'église de St Gaudéric

    De la transmission Wisigoth- Cathare-Templière -Hospitalière  1 ère partie

    rosace dans l'église de St Gaudéric

    De la transmission Wisigoth- Cathare-Templière -Hospitalière  1 ère partie

    St Gaudéric à Mirepoix 

     

    De la transmission Wisigoth- Cathare-Templière -Hospitalière  1 ère partie

    pierre tombale à Cazals des Bayles,pas loin de St Gaudéric 

     

     

    A SUIVRE...


    3 commentaires
  •  La légende fait allusion à un prince allemand Otger Golant pour les tribus germaniques (Otger Cataló pour les Catalans) qui aurait été le seul survivant d'une vive attaque des Maures vers 756. Il se réfugia dans les hauteurs (Pyrénées) ayant comme seule compagnie son chien et comme principal aliment le lait d'une brebis. Les armoiries d'Otger Cataló présentent un chien sur fond bleu avec un collet en or pour représenter la fidélité de l'animal. Après avoir longuement affilé ses armes, il convainquit les Catalans de combattre l'envahisseur musulman. Neuf chefs d'armes jurèrent devant la Vierge Noire de Montgrony de rendre la foi chrétienne à cette Terre. Après la victoire sur les Maures, la légende propose qu'aient émergés dans la gloire ces neuf chevaliers, appelés les neuf  Chevaliers de la (Mère) Terre (également connus sous le nom des Neuf Barrons de la Fame) :

    Les neuf barons de la légende sont:

    Guerau d'Alamany
    Bernat d'Anglesola
    Galceran (ou Guerau) de Cervelló
    Galceran de Cervera
    Bernat Roger d'Erill
    Hug de Mataplana ( Comte Arnau , ou Comte Arnau à la chanson populaire)
    Dapifer de Montcada
    Galceran de Pinós
    Gispert de Ribelles

      Avec Otger Cataló, le compte était alors de dix (10) chevaliers.

    Ces deux chiffres semblent avoir été repris à maintes reprises par des personnages historiques apparemment liés. Tout d'abord, il y eut la séparation de la Catalogne en neuf comtés et neuf communautés religieuses voient également le jour. Par la suite, ces chiffres reviennent dans divers écrits kabbalistiques et ésotériques dont les plus récents dateraient du xxe siècle. Des allusions aux Maures chassés, à la terre catalane (ou à sa géographie) côtoient ces deux chiffres dans plusieurs écrits. Parfois, les neuf chevaliers sont représentés en cercle autour du dixième chevalier ou sous d'autres formes en conformité avec les représentations kabbalistiques. De tels symboles sont présents dans bon nombre de récits, incluant ceux des Templiers et Mérovingiens ainsi que dans plusieurs écrits de Charlemagne (la proclamation des neuf comtés), Napoléon Bonaparte, Christophe Colomb, Cervantès et d'autres.

     

    Otger Cataló aurait eu une lignée dont les membres vivants porteraient les noms de famille : Catalan (en Allemagne et en Espagne), Cataló (en Espagne et au Portugal) et Cathala (en France).
    Blason de Catalogne
    Charles le Chauve, qui, en 870, vient de donner à Wifred, dit le Velu1 les comtés d'Urgell et de Cerdagne, lui demande de lui prêter main-forte contre les Normands.

    Dans la bataille, Guifré est atteint par une flèche. Le soir, l'empereur franc se rend dans la tente du comte catalan, allongé sur sa couche près de laquelle se trouve son bouclier, un champ d'or vierge de tout décor. Il trempe quatre doigts dans la blessure ouverte de Guifré et trace, d'un geste, les quatre barres rouges donnant ainsi à la Catalogne, ses armoiries d’or à quatre pals de gueules.

    De ces neufs barons,deux firent souchent dans le Comminges ,

    GALCERAN DE PINOS (ou de Thann),

    qui bâtit le château de la Roca Di St Jaimes,et fonda le village fortifié de Baga,en Catalogne ,à coté de Berga .Sa lignée donnera la famille DE PINS à Pins Justaret dans le Comminges.Parmi ses possessions,il y avait le château d'Opoul Périllos.

    Il s'établit en Languedoc (De Courcelles) Il souscrivit avec l'archevêque de Terragone en février 1185le traité conclut entre Alphonse II roi d'Aragon,et Raymond comte de Toulouse.

    Gausserand de Pins accompagna dans toutes ses expéditions militaires (avec Gaston de Montcade ,vicomte de Béarn,et plusieurs autres chevaliers Catalans et Aragonnais) Pierre II roi d'Aragon qui fût tué à la bataille de Mûret en secourant le comte de Toulouse contre Simon de Montfort .

    Le fils de Gausserand de Pins accompagnera en 1247,le roi Saint Louis en terre Sainte.

    Son frère Odon de Pins sera élu grand maître de l'ordre de St Jean de Jérusalem en 1297..Un autre de la lignée le sera aussi ,et l'on retrouve Célébrun de Pins,précepteur de la commanderie de Montsaunès ......

     

    DAPIFER DE MOCADA  

    qui donnera la branche des Montcade 

     

    A SUIVRE......

    vierge noire de Montgrony

    Des mythes fondateurs de la Catalogne ...

    Des mythes fondateurs de la Catalogne ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  Histoire de la famille TANNE ou THANN", "PINOS", "PIIS" ou "PINS", "UPTON PINES" et TAYLOR PINES"Familles du Languedoc

    PINS ou PIIS ...

    PIIS (de) porte : "D'azur à trois pommes de pin d'or". (Branche de Guyenne). Les deux autres branches portent : "De gueules à trois pommes de pin d'or". (Un rameau de la branche de Guyenne, celui des seigneurs de Varennes-Vidaillac portait aussi : "De gueules à trois pommes de pin d'or"). Supports : deux Maures, deux anges ou deux aigles, selon les temps et les diverses localités.

    Dans le courant du XII° siècle, plusieurs membres de la famille de PINOS entrèrent de Catalogne en France. Trois branches principales vinrent s'établir en France : -

    L'une, près de Muret, en Languedoc, a donné naissance à divers rameaux tous représentés par la branche de Pins Montbrun et Aulagnières habitant le Gers. -

    Une autre s'est fixée près de Castres, la branche de Caucalières, d'où sort le rameau de Montsegou, élevé à la pairie par le roi Charles X. -

    Une autre branche s'est établie en Guyenne près de Bazas, La Réole, Agen et dans le Condomois. Ses divers rameaux se sont fondus dans celui de Puybarban auquel appartient notre famille. Selon les temps et les lieux, le nom de cette famille a subi des variations ou corruptions diverses, communes aux différentes branches établies en France, mais plus particulièrement à celles de Guyenne et à celle de l'Albigeois.

    Cette dernière (Albigeoise) a presque constamment porté le nom de Piis ou Pys depuis 1400 jusqu'en 1750. Vers la fin du règne de Louis XV, cette branche abandonna la déformation gasconne pour reprendre l'orthographe française du nom de Pins, la seule en rapport avec les armes et l'origine de la famille.

    La branche de Guyenne se préparait à suivre cet exemple lorsque Charles-Antoine de Piis, grand sénéchal du Bazadais, dut renoncer à la rectification de son nom et à sa présentation au roi préparées pour 1789 ... Il montera sur l'échafaud révolutionnaire le 4 juin 1794.Filiation :

    Pour la branche de Guienne, elle s'établit sérieusement à partir de Déodat de Pins vivant en 1200 ; on croit que lui ou son père avait épousé une fille de la maison de Foix, ce qui expliquerait que les armes se voyaient sur de nombreux édifices "à trois pommes de pin écartelées de Foix". A partir de 1100, le nom de Pins, Piis ou Pinibus se trouve de plus en plus souvent dans les archives municipales de la ville de La Réole (Gironde). Les seigneurs de Puybarban, Bassane, en Guienne, ont obtenu leur décharge de noblesse de M Desmanots (sous le nom de Piis), le 6 février 1667, et leur maintenue de M. Bazin de Bezons, le 17 septembre 1699. Ils avaient fait leurs preuves de Malte en 1450, 1499 et 1774 et ils s'occupaient de fournir leurs preuves de cour en 1789 lorsqu'éclatèrent les premiers troubles de la Révolution. Cette branche des Piis de Guienne s'éteindra avec Louis, marquis de Piis, resté sans alliance et décédé en 1891. La descendance se continue dans les familles de Verthamon, de Montesquieu et de Marcellus. Dans le "Précis sur la maison des Pins, de Pins, de Piis" il est écrit : Sous la Restauration, la comtesse de Marcellus (née Sophie de Piis) reprit les bonnes relations de son père avec la branche du Languedoc. Son vénérable et principal représentant à cette époque, Mgr Gaston de Pins, archevêque d'Amasie, se lia d'une sincère amitié avec le comte de Marcellus, alors membre de la Chambre des pairs (où le roi Charles X l'appela bientôt lui-même). Vers cette époque, le marquis de Pins-Montbrun, chef de la branche de Montbrun-Aulagnières, vint au château de La Brède visiter la famille de Montesquieu avec laquelle il était lié depuis longtemps, et, à cette occasion, il noua des rapports suivis avec le dernier descendant de la branche de Guienne, son cousin des temps carlovingiens, comme il aimait à l'appeler. Depuis Jean III, les deux patronymes Pins et Piis ont été utilisés alternativement dans les actes mais c'est tout de même l'orthographe gasconne Piis qui prévaut.

    A partir de Gérard-Scanderberg, on peut affirmer que le seul patronyme de Piis a été retenu pour notre branche. La branche du Languedoc, fixée près de Castres, branche de Caucalières, a elle aussi porté le nom de Piis puisque ce fut sous ce nom que Marc ou Marquis de Piis, baron de Caucalières, Roquefort La Bastide, près de Castres, obtint le 11 octobre 1668 sa maintenue de noblesse de M. Bazins de Bezons, intendant en Languedoc.

    (Anne de Marcellus)>Contibution de Jean de Pins

    Jean de Pins (Ecole des Chartres) à fait une thèse sur Jean de Pins, évèque et diplomate (1470-1557) qu'il a complétée par l'histoire de la famille Pins, des origines au XVI° siècle

    Il semble approuver le gros travail effectué par Anne de Marcellus .. sauf.... "qu'il n'a jamais vu qu'un Marc (ou marquis de Pins (Piis) ait été baron de Caucalières" ...

    Voilà comment il voit les filiations dans cette famille qui changea 5 ou 6 fois de nom au fil de leurs installations dans presque autant de pays...

    IX°-X° siècle : famille THANNE ou THANN traduction de "Pins" en allemand" .. Ils sont originaire de Souabe, titrés Princes et Truchsen (écuyer tranchant) du Saint-Empire

    X-XI° siècle : passage d'une branche des Thann en Catalogne, alors encore possession d'Empire ... Leur nom devient PINOS ... d'où la devise "L'un des neufs barons de Catalogne ... . Despuès Dios, la Casa de Pinos" ... Leur fief est alors "Baga", leur titre: "marquis" ... Cette branche s'éteint vers 1900 dans la famille de Hijar et de Medinaceli

    XII° siècle : une branche "PINOS" s'installe en France près de Muret et donne son nom (francisé) au village éponyme, aujourd'hui Pin-Justaret. Cette branche des PINS du Languedoc a essaimé un peu partout dans le midi.. En 1540 le neveux de Jean de PINS, l'évèque cité plus haut, était déjà à Montbrun. Cette branche des Montbrun s'est éteinte au XIX° : le nom et le titre onr été repris par des parents ... peut-être pas les plus proches ...

    XV° siècle : Passage d'une branche des PINS (de Muret ou de Montbrun) au service des Anglais. Installation notamment à Bazas (dont la cathédrale a été bâtie par un Pins), à La-Réole (dont plusieurs PINS, ou PIIS, ont été capitouls) Cette branche, très riche, devait par la rêgle du "retrait lignager", laisser les 3/4 de ses biens aux Bourbon (via Jeanne d'Albret) ... après le départ des Anglais de Guyenne (Castillon 1453) ces PIIS, naturalisés britanniques, passent en Angleterre, puis aux Etats-unis (branches des UPTON PINES, et des TAYLOR PINES

    XVII° siècle : un PINS, (et non un PIIS) fait souche à Esbjorg (Frise, Danemark)NB Promethée
    : "La maison de Pins jouissait dès le XIIe siècle d'une grande considération en Languedoc"(...)"Quoique messieurs de Pins ne prouvent point littéralement la communauté de leur origine avec la maison de ces personnages illustres, plusieurs motifs se réunissent en faveur de cette prétention"(Chérin). 


    DE PINS;
    Barons de PINOS en Espagne,et en cette qualité,l'Un des Neufs Barons de Catalogne Seigneurs de Pins,de Montbrun,de la
    Bastide,de Montsegon,Baron de Caucalières et de Roquefort,sire de Taillebourg,Seigneur de Monthurt,de Montcrabeau,de Calignac,de
    Montcassin,de Verteuile etc...en Languedoc et en Guyenne...

    6Armes;de gueules,à 3pommes de pin d'or,couronne ducale .Support;deux aigles ,lécu environné d'un manteau de gueules frangée d'or
    ,semé intérieurement de pommes de pin du même ,et semé d'une couronne princière fermée.Légende;L'un des neufs barons de Catalogne .


    La maison de PINS ,titrée l'un des neufs barons de Catalogne,honorés par Charlemagne du tître de princes,tire son origine ainsi que celle
    de Montcade ,sénéchaux héréditaires de Catalogne et grands mâitres des Royaumes d'Aragon et de Valence ,de l'illustre maison de Than-
    Waldbourg sénéchaux et grands maîtres héréditaires de l'empire ,l'une des plus anciennes dynasties princières d'Allemagne.
    Cette origine,constatée par le témoignage des historiens allemands et espagnols a été plusieurs fois diplomatiquement reconnue par les
    princes de Waldbourg,commes chefs de la branche ainée de ces trois maisons .


    EGA DE PINS

    Ega,que les historiens s'accordent à dire issu de race royale et que la maison de Waldbourg reconnait pour son premier auteur,fût maire
    du palais de Neustrie et régent de ce royaume pendant la minorité de Clovis .
    Il mourût à Clichy en 640 laissant trois fils et une fille;

    1- Archambauld (Ercembaldus)

    2-Adobalde,duc de Douay,seigneur de Marchiennes ,qui fût assassiné par les frères de sa femme ,Sainte Richtrude ,fille d'Ernold,comte de
    Gothie et de Lichia,il en avait eu deux fils et trois filles;
    A- Mauronte,duc de Douay ,mort abbé en 701

    B-Ursin

    C- Sainte Eusébie

    D- Sainte Glossine

    E- Adaissade

    3- Sigefroy,comte de Ponthieu,époux de Sainte Berthe ,et le père de;

    A- Gertrude

    B- Théodite

    C- Emma ,qui épousa Warweli,roi des Saxons

    D- Geda

    E- Gesta

    4- N.........épouse d'un seigneur puissant nommé Hermenfroy

    Archambauld de Walbourg (1) parent de Dagobert par sa mère ,fût maire du palais des trois royaumes de Neustrie,d'Austrasie et
    de Bourgogne ,et mourut après 666?Archambauld eut deux femmes;

    1) N.....

    2) Letsinde
    Ses enfants fûrent,du premier lit;1) Leudesie ,maire du palais sous Thierry III mis à mort par ordre d'Ebroim en 676,il avait épousé N...de la
    race de Sigismond ,roi de Bourgogne ,avec laquelle il fit la tige des maisons d'Autriche -Hasbourg,de Lorraine et de Bade .


    Du second,dit Babo de Waldbourg ,comte de Thann et de Wintersetten vers 680 ,fut tué au combat livré à Feilen furst,contre Charles
    Martel en 727,avait reçu le baptême par St Funcy ,il laissa trois fils:

    1) Mangold 1er auteur de la maison princière de Walsbourg
    2)Guillaume Raimon,Dapifer,auteur de la maison de Moncade,sénéchaux héréditaires puis vices rois de Catalogne ,et grand maître
    héréditaire des royaumes d'Aragon et de Valence,maison qui ne cédait à aucune autre de l'espagne en puissance et en illustrations
    politiques ,et dont le nom s'est glorieusement associé à tous les grands souvenirs de cette monarchie.

    Elle s'est divisée en 3 branches principales .

    L'ainée,devenue souverraine de la Vicomté de Béarn par le mariage contracté en 1170 entre Guillaume de Moncade ,et Marie ,vicomtesse de
    Béarnet de Gavarret ,soeur héritière du vicomte Gaston a donné plusieurs princes guerriers ,qui ont gouverné la vicomté du Béarn jusqu'en
    1290.C'est de cette branche ainée que descendait Paterno,en sicile,duc de Montalto ,de Bibona et de St Jean.

    3) Gausserand de Pinos (ou de Thann) qui batit le château de la Roca di St Jaimes ,ainsi que la ville de Baga et fût la souche de la maison
    de Pinos en Catalogne ,et Des Pins,en Languedoc .

    Guillaume Raymond Dapifer(Truchess) et Gausserand de Pinos (Thann) son frère,fûrent au nombre des neufs connus depuis sous la dénomination des NEUFS BARONS DE CATALOGNE ,qui tous,germains d'origine ,entèrent les premiers en Espagne vers l'an 714 pour combattre les Maures et anéantir leur puissance dans la péninsule .Taraffa ,chanoine de Barcelone,rapporte les noms de ces neufs preux.

    Dapifer de Moncada,Galceran Pinus,Guillaume Cervera,Guillaume Ramon Cervellas,Hughes Mataplana,Pierre Allemanus,Ramon Anglesola,Gisbert Ribelles et Brenger Roger Erill.

    L'histoire,en consignant les exploits des neufs barons de Catalogne,établit leur domaine primordial dans la distribution qui fut faite par Charlemagne lorsqu'il eut achévé l'expulsion des Maures des provinces de Terragone.

    Les terres,qui en vertu de cette répartition fûrent concédées à Galcéran II,issu de Galcéran Ier ,l'un des neufs,formèrent la baronnie de Pinos ,dont le nom est la traduction espagnole de "Thann"

    Cette baronnie,située au pied des Pyrénées ,et dont la ville de Baga construite par Galcéran Ier ,fut le chef lieu ,a été possédée en toute souverainneté n'étant soumise à aucune redevance envers les comtes de Barcelone .


    .

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique