• Sainte Germaine...Mais pas que!...Partie 2 Sainte Elisabeth, Elisabeth du Portugal,Roselyne de Villeneuve,Fleur d'Issendolus.

    Elisabeth du Portugal;

    Fille  de Pierre III d'Aragon (vers 1239-1285) dit « le Grand », roi d'Aragon et de Sicile, et de Constance II de Sicile (1248-1302), Élisabeth était la petite-nièce de sainte Elisabeth de Hongrie dont elle portait le prénom.

    Elle épousa, le 24 juin 1282 à Trancoso, Denis 1er(1261-1325), sixième roi du Portugal (de 1279 à 1325), fils d’Alphonse III (1210-1279) et de Béatrice de Castille (1242-1303) surnommé "Le Grand", roi compétent et musicien.

    De cette union sont issus deux enfants :

     

    Le miracle des Roses;

    La  reine fut dénoncée pour ces « dissipations du trésor royal » qu'elle dépensait en aumônes et soins auprès des indigents.

    Bien que le roi, soucieux des finances de l'état, lui ait interdit de dépenser ainsi son argent, toute à ses devoirs de chrétienne, elle n'en continuait pas moins à secourir ceux qui avaient besoin de sa charité.

    Surprise un jour d'hiver par le roi, elle n'eut que le temps de cacher sa bourse sous son manteau. Le roi lui demanda avec autorité ce qu'elle dissimulait sous son manteau. La reine répondit que c'était des roses pour garnir l'autel de la chapelle quelle avait fait construire.

    Le roi répliqua qu'il n'y avait de roses en janvier et lui intima l'ordre de se découvrir immédiatement et de lui confier l'objet suspect. La reine subit sans ciller cette humiliation et devant la suite royale ouvrit son manteau laissant apparaître un magnifique bouquet de roses. Le roi, y reconnaissant un acte surnaturel, se repentit et laissa à sa femme toute liberté de gérer elle-même ses actes charitables.

    Légendaire ou historique, cet épisode de la vie de la reine du Portugal sert surtout à montrer la générosité de la souveraine à une époque où les classes sociales étaient cloisonnées. 

    Après la mort de son mari, elle se retira dans un couvent de clarisses, second ordre franciscain, à Coimbra et y mourut en 1336 en odeur de sainteté. Depuis la création en 1819 du diocèse de San Cristóbal de La Laguna a également appelé diocèse de Tenerife (îles Canaries), Saint Élisabeth est co-patrona de la même et la cathédrale du diocèse par Bula du pape Pie VII6.

    Elle fut canonisée en 1625 par le pape Urbain VIII alors que le Portugal est rattaché à la couronne espagnole sous le règne de Philippe IV d'Espagne.

     

    La reine Élisabeth est listée dans le sanctoral catholique romain, sous l'appellation « Élisabeth de Portugal ». Sa fête est fixée au 4 juillet.

    Sainte Germaine...Mais pas que!...Partie 2  Sainte Elisabeth, Elisabeth du Portugal

    Sainte Germaine...Mais pas que!...Partie 2  Sainte Elisabeth, Elisabeth du Portugal

    Sainte Germaine...Mais pas que!...Partie 2  Sainte Elisabeth, Elisabeth du Portugal

     

    Sainte Roselyne de Villeneuve;

    Roseline de Villeneuve, née en 1263 et décédée en 1329, est une moniale chartreuse française, considérée comme bienheureuse par l'Église catholiqueLiturgiquement elle est (régionalement) commémorée le 17 janvier.

    Roselyne, du latin Rossolina, ou Rossa, Rufa, fille d’Arnaud II de Villeneuve ( La maison de Villeneuve est l'une des plus grandes familles de Provence,on retrouve dans la filiation une Bertranda Montbrun,en lien avec les Pinos-Pins et le village de Montbrun Les Bains en Vaucluse ,dont les seigneurs fûrent entre autres,des Agoult Montmaur,originaires de Montauban,et que les seigneurs de Pibrac d'où est issue Sainte Germaine,portaient le nom de Montlaur ), et de Sybille de Burgolle de Sabran des Arcs (ou selon l'observatoire zététique de Giraud II de Villeneuve et d'AiglineElle fit son noviciat à Saint-André-de-Ramières près de Prébayon dans le Vaucluse puis un second noviciat à la Chartreuse Notre-Dame de Bertaud (Sainte-Marie d'Aurouse) dans les Hautes-Alpes avant d'être admise à faire profession religieuse le jour de Noël1280.Cette cousine de saint Elzéar de Sabran, est instruite par les clarisses d’Avignon;mais c’est à la Chartreuse que cette Provençale, douée du don de lire dans les consciences choisit d’entrer à 25 ans.

    Elle y vivra dans l'austérité et deviendra plus tard prieure de la Chartreuse fondée par son frère Hélion2 dans le diocèse de Fréjus, à l'abbaye de La Celle-Roubaud occupée précédemment par des Bénédictines3,4.

    Aux Arcs, la chapelle Sainte-Roseline édifiée au xie siècle a été classée monument historique en 1980. Elle abrite la dépouille de sainte Roseline qui est exposée dans une châsse en cristal et un reliquaire qui conserve ses yeux, miraculeusement préservés.

    LE MIRACLE DES ROSES;

    Roselyne est rattachée à ce que l'on appelle « Le miracle des Roses ». La généreuse fille du seigneur du village se cachait pour donner à manger aux pauvres qui la sollicitaient. Un matin, Arnaud, qui se doutait des largesses de sa fille, se cache près du cellier pour la confondre… Il ne tarde pas à la voir arriver, le tablier chargé de victuailles. Lorsqu'il lui demande de montrer le contenu de son tablier, Roseline (prenant, dit-on, Dieu à témoin) ouvre craintivement son tablier duquel dépasse une brassée de roses en lieu et place de la nourriture « subtilisée »

    Sainte Germaine...Mais pas que!...Partie 2  Sainte Elisabeth, Elisabeth du Portugal

     

    Sainte Roselyne de Villeneuve

    Sainte Germaine...Mais pas que!...Partie 2  Sainte Elisabeth, Elisabeth du Portugal

    Chappelle Sainte Roselyne des Arcs,dans le Vaucluse,où se trouve la momie de Sainte Roselyne de Villeneuve 

     

     

    Fleur d'Issendolus;

    Fleur d'Issendolussainte Fleur ou Flore, traduit de Flor, nom attesté en langue originale gasconne, était religieuse de l'ordre des Hospitaliers dans l'hôpital d'Issendolus dans le Quercy. Elle est morte en 1347. Elle est considérée comme sainte par l'Église catholique et est fêtée le 5 octobre.

    Sainte Fleur est née à Maurs en 1300 ou 1309, en Auvergne, dans la famille noble de Corbie, comptant neuf enfants. Son père s'appelait Pons de Corbie et sa mère Melhors de Merle. Fleur fit profession à l’âge de 14 ans. Elle subit les tentations mais y résista par le travail et la prière.

    Elle entra dans l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem à l’hôpital Beaulieu (commune d’Issendolus), au diocèse de Cahors, dans la Langue de Provence. Ses vertus et son humilité profonde la rendirent le modèle de ses compagnes. Elle fut favorisée de faveurs extraordinaires, et surtout de ravissements, lorsqu’elle recevait la sainte communion. Elle opéra aussi des miracles pendant sa vie et après sa mort, survenue vraisemblablement le 13 juin 1347. 13 ans après sa mort, son corps fut levé de terre et exposé à la vénération des fidèles, par ordre de l’évêque de Cahors Bertrand de Cardaillac

    Sainte Germaine...Mais pas que!...Partie 2  Sainte Elisabeth, Elisabeth du Portugal

    Sainte Germaine...Mais pas que!...Partie 2  Sainte Elisabeth, Elisabeth du Portugal


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :